L’hypnose dans le sport

L’hypnose fait pleinement partie aujourd’hui du paysage du sport de haut niveau. En effet, l’hypnose se révèle être d’une grande efficacité pour aider l’athlète à atteindre ses pleines possibilités et améliorer ses performances sportives. Comprendre le corps humain et son fonctionnement est quasi impératif pour un résultat optimal.

L’hypnose est un outil qui travaille en premier lieu sur le cerveau. Le cerveau assure 2 missions :
1) Il assure le fonctionnement coordonné de tous les organes,
2) Il permet aux individus d’agir : sur leur environnement, et sur leur état interne.

C est ce que nous allons voir dans cet article en mettant en lumière les capacités cérébrales et leurs répercussions sur le corps pendant le sport.

Cerveau et psychologie du sport

1. Hypnose et sport

L’hypnose  a fait son apparition dans le sport depuis un certain temps déjà, et beaucoup de recherches scientifiques ont démontré ses bénéfices dans ce domaine.
Au-delà de l’importance des capacités physiques et techniques, le facteur mental joue lui aussi un rôle déterminant.
En quelques années l’hypnose s’est créée une place de choix dans la prise en charge et l’accompagnement du sportif: Préparation mentale, performance, gestion des émotions…
L’hypnose est un outil précis et complet qui – mis au service de l’individu – peut l’aider à franchir des obstacles, à améliorer ses performances et à atteindre ses objectifs.

« À technique et condition physique égale, c est le facteur mental qui va faire toute la différence. » Terry Orlick. Phd en psychologie du sport.

L’ hypnothérapie est donc très utile dans le sport pour transmettre des instructions motivantes, accroître la confiance,  supprimer les peurs, agir sur le niveau de la stimulation, pour maîtriser l’anxiété et la douleur, améliorer l’image de soi, augmenter ses capacités sensorielles, pouvoir se concentrer sur la compétition sportive de manière plus assidue, augmenter la capacité des mémoires…
Il faut considérer qu’en éliminant les facteurs psychologiques qui inhibent l’athlète, la performance physique va s’en retrouver améliorée.

L’hypnose est une technique qui permet au sujet d’augmenter sa capacité physique et la maîtrise de lui même.
C’est un travail alliant la psychologie et l’état de conscience modifié. C’est dans cet état qu’il est possible d’acquérir de nouvelles capacités et développer des ressources profondes.

Le cabinet d’hypnose Hemera est intervenu à maintes reprises avec des athlètes, pratiquant diverses disciplines (tennis, trail, football, etc.) afin de les aider à :
– contrôler leur vécu émotionnel,
– contrôler leur niveau d anxiété,
– améliorer leur concentration pour régulariser les exigences dues aux différentes disciplines,
– stimuler l énergie et l’utiliser de façon optimale,
– décupler la saine agressivité et inhiber tout facteur psychologique limitant,
– insuffler la confiance, l auto-estime, et l amour propre.
– relaxation du corps et des muscles,
– récupération mentale et musculaire,
– stimulation de la motivation,
– entraînement mental par imagerie : Une des clés de voûte de la réussite du sportif. En effet, il s’agit de la notion « d’imagerie mentale et de la répétition visuelle privée qui permet de se projeter dans le contexte souhaité et observer. L’imagerie mentale est très efficace pour la performance en tout genre, tant que l’objectif est congruent, cohérent, et réalisable par la personne et le temps.

2. La Zone

« La zone », « le flux », ou « le flow » est décrit comme ce fameux état second, qui s apparente au GRAAL du sportif. Un état où l’on gagne sans même l’avoir demander.

« J’ai ressenti comme un étrange calme… Une sorte d’euphorie. » Pelé,  2006.

Ce flux, c est ce que l’on appelle en hypnose, un État Modifié de conscience. Il en existe plusieurs et la zone en fait partie.
Par le travail de plusieurs objectifs comme la concentration, l’attention, la focalisation, le lâcher prise, la confiance…et d axer un accompagnement spécifique selon les individus l’hypnose ouvre la porte de ce flux tant recherché.

Savoir accéder à la zone est un passeport vers la performance et la victoire pour le sportif.
Cet état dans lequel un athlète est pleinement engagé dans son activité et un moment tellement unique et intense qu’en l’atteignant une première fois, la zone devient une source de motivation pure.
Ce flux peut être ressenti par tout individu, peu importe son niveau.
Dans cette expérience les émotions ne sont pas juste contenues, mais aussi positives, stimulées et alignées avec la tâche exécutée au moment présent.
C’est un sentiment de lâcher prise spontané, de joie intense, un sentiment profond émanant de la concentration pure par rapport à l’activité créée sur l’instant.

Cerveau et mouvements

1. Muscles et informations de mouvements

Dès que le cerveau a généré une commande motrice, celle-ci emprunte un cheminement descendant jusqu’à un ensemble de neurones moteurs situés dans la moelle épinière, permettant ainsi la mise en action des mouvements.

2. Le Cerveau et les libérations endocrines

Connaître les effets et les manifestations révélatrices de perturbations dans la régulation hormonale permet d’intervenir rapidement et modifier par exemple le nombre ou l’intensité de l’entraînement, mais aussi performer les zones cérébrales actives pendant la préparation mentale sous hypnose.

La sérotonine : molécule fabriquée par Le Cerveau

C est un neurotransmetteur. Elle transmet des informations d’un neurone à un autre. La sérotonine aide à réguler naturellement le sommeil, la fatigue, le moral, les hormones.
Pendant une activité physique ou mentale des influx nerveux sont émis dans notre cerveau activant la production de la Sérotonine.

Les endorphines : les molécules du plaisir du sportif

Elles agissent comme un neurotransmetteur avec une action analgésique, c est-à-dire comme un anti-douleur voir même des effets euphorisants.
En faisant de l’activité physique (30 minutes par jour à un rythme soutenu étant la fréquence et durée recommandées), la production d’endorphine peut être augmentée jusqu’à 10 fois la quantité normale.
C’est pourquoi on recommande aux personnes peu ou déprimées, aux anciens fumeurs, buveurs ou en cours de sevrage de reprendre le sport de manière régulière.

3. Les hormones de la performance

La testostérone participe à la fabrication des protéines directement impliquées dans la construction des muscles après l’effort.
Une femme produit deux à dix fois moins de testostérone qu’un homme (bien qu’il peut y avoir des exceptions).

L’épinéphrine, la noradrénaline et la dopamine, accélèrent le rythme cardiaque, augmentent la capacité pulmonaire et la glycémie sanguine.
Elles interviennent soit pour faciliter la mobilisation des stocks de glycogènes du foie soit pour favoriser sa dégradation au niveau de la fibre musculaire.

4. Les hormones de la régulation hydriques

L’effort entraîne une sudation qui peut être importante. Donc il est indispensable de réguler les pertes au niveau du rein.
Grâce aux flux sanguins, sous l influence du système nerveux parasympathique lui même sous l’influence d hormones: l’aldostérone et la vasopressine.
Au cours de l’effort ces deux hormones sont sécrétées en plus grande quantité et limitent les pertes en eau, en sel et en potassium.
Cette régulation est capitale et vitale pour la production de l’effort.

5. Pouvoir de stimulation par le cerveau

L’inconscient à un rôle capital dans la fabrication et la libération de toutes ces hormones. En effet, c’est l’inconscient qui gère majoritairement ces fonctionnements en partage avec le conscient.
L’hypnothérapie est donc l’outil idéal pour stimuler ces zones en si besoin.

Contact

Vous pouvez envoyer un message. Nous vous répondrons dans les plus brefs délais

Pas lisible ? Changez le texte captcha txt
cerveau émotion